Jiu Jitsu brésilien

 

Jiu Jitsu, signifiant littéralement « l’art de la souplesse », est un des plus anciens arts martiaux.

 

 

 

Ces origines remontent à plus de 2000 av. J.C. en Inde, où les moines – à qui l’usage d’armes était interdit – se sont entrainés afin de pouvoir se défendre à mains nues.

 

 

 

En passant par la Chine, ces techniques se sont ensuite enracinés au Japon et y deviennent le premier art martial local. Les clans de Samurai ont adopté le Jiu Jitsu afin de l’intégrer à leur art de combat. Au fil du temps, divers arts martiaux descendant du Jiu Jitsu voient ainsi la lumière du jour, tels que le Judo, Aikido, Karate, etc.

 

 

 

Puis en 1914 un Champion japonais de Jiu Jitsu du nom de Esai Maeda a immigré au Brésil et devint un des piliers de la communauté japonaise sur cette terre d’accueil

 

 

 

Dans ses efforts il était assisté par Gastao Gracie, un intellectuel et politicien d’origine écossaise. En guise de remerciement et pour exprimer sa gratitude, Maeda a enseigné au fils ainé de Gracie – prénommé Carlos –  l’art du Jiu Jitsu. Cette période marque la naissance de ce qu’allait être le Jiu Jitsu brésilien. Depuis, le Jiu Jitsu brésilien s’est fait une réputation considérable quand il s’agit du combat au sol.